Connect with us

Cinéma

Césars 2015 : la cérémonie de l’intérieur

Publié

Le

5 min de lecture

L’Étudiant Autonome était présent à la 40è Cérémonie des César. L’occasion, pour nos lecteurs, de découvrir cette soirée de l’intérieur !

Il est 17h30, c’est déjà l’heure de s’activer pour aller chercher le pass, 2h30 avant le début de la grande cérémonie. Tenue de soirée exigée, pass en poche et 2h30 à tuer, nous inspectons les environs. De nombreux passants s’arrêtent devant le tapis rouge pour tenter de prendre en photo de loin (l’autre côté de la route) les quelques personnalités qui arrivent déjà. Le quartier du Châtelet est sécurisé, fouille de sac obligatoire, ça ne rigole pas !

L’Étudiant Autonome en salle presse !

Nous n’avons pas eu la chance d’être dans la grande salle du Châtelet, mais la salle presse nous a largement enchantés. On y voyait la cérémonie à travers des téléviseurs – comme tous les téléspectateurs de Canal+ hier soir, mais nous avons eu la chance d’avoir tous les « Césarisés » après la remise de leurs prix.

Un palmarès de folie, parfois presque inattendu. Louane Emera remporte le premier César de la soirée avec son prix du Meilleur Espoir Féminin de l’année, pour son rôle dans la Famille Bélier. On ne va pas vous cacher la déception de la presse qui aurait surement préférer voir l’une des deux actrices de Respire, ou encore Karidja Touré pour sa performance dans Bande de Filles.

Des personnes moins connues et pourtant tout aussi importantes ont reçu de beaux Césars : Diplomatie a reçu le César du Meilleur Scénario Adapté. La femme de Rio est sacré Meilleur Court Métrage, et Les Petits cailloux, Meilleur Court Métrage d’Animation. Quant aux décors et costumes : Thierry Flamand reçoit le prix des Meilleurs Décors pour La Belle et la Bête (seul représentant du film pour la soirée). La seule récompense de Saint Laurent va à Anaïs Romand, qui reçoit le César des Meilleurs Costumes.

Le César du Meilleur Documentaire va à David Rosier, producteur du Sel de la Terre, et celui du Meilleur Long Métrage d’Animation est attribué à Minuscule.

L’Afrique à l’honneur pour cette 40è Cérémonie

Et de sept ! Sept trophées pour huit nominations à Timbuktu, le film star de la soirée. César du Meilleur Son, puis de la Meilleure Photo, pour être rapidement sacré Meilleure Bande Originale, Meilleur Scénario et finalement Meilleur Montage. Abderrahmane Sissako, accompagné de son épouse Kessen Tall, contenait déjà difficilement sa joie en salle presse. C’est en s’exprimant directement à toute la branche presse qu’il explique que « C’est grâce à Cannes que nous avons eut cet accueil extraordinaire de la presse et du public« .

Pourtant, c’est à son deuxième passage dans notre salle, avec son César de la Meilleure Réalisation, que l’étonnement et l’émotion se laissent ressentir dans sa voix : « J’ai ce sentiment extraordinaire que la France est un pays riche pour donner sa chance à un film qui vient de loin, mais d’ici aussi ». Il finit par répondre à une journaliste lui demandant s’il s’attendait à être sacré Meilleur Film : « Je suis déjà heureux, je n’ai pas la prétention de rafler ce dernier prix ». Et pourtant, le dernier César de la soirée a bel et bien été donné à Timbuktu, pour le Meilleur Film de l’année. Carton plein, donc, pour cette réalisation qu’il faut vite voir ou revoir !

Les Combattants, loin derrière Timbuktu, est très bien récompensé avec trois Césars : Thomas Caillet remporte le César du Meilleur Premier Film, Kevin Azaïs, le César du Meilleur Espoir Masculin, et pour finir Adèle Hanel, le César de la Meilleure Actrice (doublon pour cette jeune femme, qui avait reçu le César du Meilleur Espoir Féminin l’année dernière).

Les réactions des « Césarisés »

Pour certains, le passage en salle presse semblait plus stressant pour les récompensés que le sacre lui-même. C’est une Kristen Stewart – César du Meilleur Second Rôle Féminin avec Sills Maria – que nous avons retrouvé tremblante et étonnée de se retrouver devant tout ce petit monde, prêt à l’assaillir de questions. Pierre Niney lui, était certes stressé, mais plutôt à l’aise finalement avec nos confrères qui n’ont pourtant pas toujours été très doux avec Yves Saint Laurent. Il tient à rappeler que « ce sont les journalistes qui ont en quelque sorte créé cette petite guerre entre les deux biopics sur le couturier. Nous avons toujours été bienveillants Gaspard et moi ». Très fairplay, ce petit Pierre !

Reda Kateb, César du Meilleur Second Rôle grâce à son jeu dans Hippocrate, était finalement assez détendu, comme Kevin Asaïs qui, d’après nos confrères, a eu un discours très maladroit. Rappelons qu’il est jeune et qu’il ne s’y attendait pas, alors soyons un peu indulgents et laissons nous porter par son émotion : « Je suis quelqu’un d’assez pudique, le cinéma a fait … changer les choses ».

Même Mommy était représenté hier soir, par l’actrice Suzanne Clément et la productrice Nancy Grant, qui ont rappelé que « Xavier se moque des Oscars, il sera ravi de recevoir ce prix. Nous en sommes très fières ». C’est sous les applaudissements de la presse que Mommy a été sacré Meilleur Film Étranger de l’année. Quant à tous les autres, c’était comme le bal des débutants, souvent assez surpris que nous soyons si nombreux (une petite quarantaine).

Et pour finir, même Sean Penn est passé en salle presse avec son César d’Honneur ! Retenons juste que « le premier film français qu[‘il] a vu était avec Gérard Depardieu ».

Finalement, cette soirée était vraiment magique pour une première pour l’Étudiant Autonome ! Nous avons approché les récompensés, et nous avons vraiment adoré cela. Prochain événement cinéma pour LEA : Cannes !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DERNIERES ACTUALITES

BONS PLANS

FACEBOOK

Ne loupez rien !



DERNIERS ARTICLES