Connect with us

Tribune

Permis de conduire : ce qui va changer pour les élèves

Publié

Le

3 min de lecture

La loi Macron sur la croissance et l’activité va permettre aux candidats qui ont échoué une première fois de repasser plus rapidement l’examen, mais aussi de faire des économies.

Va-t-on enfin résoudre les délais d’attente interminables pour l’examen du permis de conduire? La solution miracle n’est pas encore pour aujourd’hui. En revanche, elle tend à s’améliorer. Le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, a déposé un projet de loi qui devrait, s’il aboutit, réduire les délais d’attente à 45 jours -au lieu de 90 en moyenne aujourd’hui- pour un deuxième passage à l’examen pratique. Mais aussi de supprimer l’obligation des forfaits des 20 heures obligatoires à l’inscription, favorisant donc le portefeuille des élèves.

Supprimer le nombre d’heures minimum

C’est LA mesure phare -et polémique- du projet de loi. Jusqu’à maintenant, les élèves qui obtenaient leur code de la route devaient suivre au minimum 20 heures de conduite avec un moniteur. « C‘est pourtant le minimum syndical » affirme Denis Chartiel, responsable de l’auto-école Lauriston à Paris (XVIe). Ainsi, dès qu’un élève se sentira prêt à tenter sa chance à l’examen, l’auto-école ne sera plus en droit de le lui refuser. « Une voiture, c‘est extrêmement dangereux. Si les élèves n’ont plus cette base que sont les 20 heures, je pense que le permis de conduire va en souffrir. On ne délivre pas ce diplôme à n’importe-qui » poursuit cet ancien moniteur. Pourtant, celui-ci confirme que, certaines fois, des élèves sont plus doués que d’autres et semblent prêts avant la fin des heures du forfait. Bilel, élève en Terminale à Mitry-mory (Seine-et-marne) et inscrit depuis peu dans une auto-école, a accueilli avec enthousiasme les nouvelles mesures proposées: « C‘est vraiment une bonne chose pour les étudiants ! Ça nous réduirait les frais considérablement. Personnellement, j’ai déjà un peu appris à conduire avec mon grand frère donc, faire moins de 20 heures m’arrangerait »

Rendre optionnel le code au lycée

Afin de désengorger les listes d’attente et de réduire le temps d’attente pour un second passage après échec à 45 jours, des députés ont adopté en commission un amendement qui vise à mobiliser les inspecteurs au maximum en tant « qu’examinateur » dans une voiture plutôt qu’à surveiller l’épreuve théorique. Pour cela, l’enseignement du code de la route sera accessible au lycée. Une mesure pas si anodine puisqu’elle s’inscrit dans la continuité des attestations déjà délivrées gratuitement par l’Education nationale (l’Aper et les Assr).
Justine, élève en première à Paris, s’inscrira dans quelques mois dans une auto-école près de son domicile: « C‘est plus motivant de faire des séances de code au lycée étant donné que l’on est déjà sur place. Et si cela peut être un gain économique, ce sont mes parents qui vont être heureux ».
Du côté de l’auto-école, cette mesure n’aura aucun effet puisque « le code ne rapporte rien économiquement » explique Denis Chartiel.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DERNIERES ACTUALITES

BONS PLANS

FACEBOOK

Ne loupez rien !



DERNIERS ARTICLES