Etre rapidement au fait des débats d’aujourd’hui, s’informer facilement sur un sujet sans avoir à faire cinq heures de recherches au préalable … Nous en rêvions. Avec Wikistage, Johannes Bittel l’a fait.

 

wikistage-débats

En 2011, Johanes Bittel, un parisien en études de commerce, lance Wikistage, une plateforme encyclopédique participative. Bien que le nom ne soit pas sans évoquer Wikipédia, que l’on a tous utilisé un jour ou l’autre pour nos exposés, le président assure qu’il n’y a aucun lien. D’autant plus qu’il y a une différence majeure avec Wikipédia : il s’agit ici d’une librairie de vidéos relativement courtes, en face des articles aux 1000 rubriques de la fameuse encyclopédie en ligne. Quant aux thèmes, aucune restriction : tout (mais pas n’importe quoi) peut être traité, de l’Europe aux manières de retrouver l’inspiration, tout en passant par des sujets scientifiques.

Wikistage : une nouvelle vision de l’éducation

Cette formule peut paraître simple, mais elle est en fait associée à une certaine vision de l’éducation. Selon Johannes Bittel, « l’apprentissage, aujourd’hui, est trop rigide et impersonnel », et les connaissances se propagent bien trop souvent d’une élite vers le plus grand nombre. C’est en cela que le président de ce média participatif compte se démarquer des « TED talks » : il ne s’agit pas d’un discours « few to many » (l’information est émise par peu de personnes et est diffusée vers le plus de personnes possible), mais simplement d’un discours « many to many » (les informations sont émises par tout le monde, et se diffusent). Tout le monde est invité à participer au débat, que ce soit les experts ou les étudiants : ceux que l’on entend le plus, toujours selon Johannes, ne sont pas forcément ceux qui ont les meilleures idées.

 

 

 

L’objectif est d’améliorer le niveau général d’éducation par un accès et une participation faciles au débat mondial. En invitant le plus de citoyens à la parole, Wikistage ne vise pas l’exhaustivité (et donc pas l’objectivité) certes, mais plutôt une introduction au plus grand nombre de sujets possibles, à travers différents points de vue. La philosophie de Bittel : tout le monde a une opinion, et toutes les opinions se valent. Ouvrir son esprit et stimuler sa curiosité, telle est la clé pour forger sa propre opinion, et tel est le but que s’est assigné Wikistage.

Un média participatif : le premier pas vers une démocratie mondiale ?

L’aspect participatif de l’encyclopédie est également important, non seulement par la richesse qu’il offre, mais aussi car il donne l’opportunité à de simples étudiants d’expérimenter leurs qualités d’organisateurs : trouver un thème, des sponsors, filmer, monter, etc. Bien qu’ils ne soient pas jetés seuls dans l’arène puisque l’équipe permanente de Wikistage fournit gratuitement des aides à chaque étape de l’organisation, ceux qui ont le courage de se lancer dans la préparation d’une conférence ont l’occasion d’alimenter leurs réseaux et d’avoir leurs premières expériences en tant que responsables d’un événement.

wikistage-paris-débats

 

Bien qu’il s’agisse d’un média collaboratif, Wikistage tient à assurer la qualité de son contenu.  « Les organisateurs de conférences font preuve d’une telle volonté, assure le président de Wikistage, que ce qui est fait est bien fait » ; d’autant plus que les intervenants sont souvent des professionnels qui préparent leur participation des semaines à l’avance. Un des objectifs de la plateforme serait d’aboutir à un embryon de démocratie mondiale, où chaque opinion aurait une voix, où chacun prendrait le temps de comprendre l’idée de l’autre : Bittel, grand idéaliste ou entrepreneur réaliste ?

Ce qui est certain, c’est que Wikistage est un succès, et Bittel compte bien continuer à le développer. « Wikistage deviendra un endroit où la réponse à n’importe quelle question pourra être trouvée, un endroit qui aidera chacun à se forger une opinion sur de nouveaux sujets, et un endroit de partage de connaissances avec le monde. »

 

Camille Schmitt

Wikistage, au service du débat mondial

par contributeurs Temps de lecture : 3 min
0