Le Canada est une destination de plus en plus prisée par les étudiants, que ce soit par le biais du programme CREPUQ, par un stage, un emploi… Prendre son courage à deux mains et empoigner son sac pour partir au bout du monde peut être une décision dure à prendre. Cette jeune femme n’a pas reculé devant l’envie, et plus que motivée, est partie à la découverte du sol canadien. Portrait de Charlotte qui a posé ses valises au Canada, pays où il fait bon vivre.

Canada
© Charlotte Guillot

Du haut de ses 21 printemps, Charlotte a une bougeotte constante. De nature très souriante et mordue de travail, cette jeune femme originaire de Dijon mais basée à Besançon a décidé de tenter l’aventure canadienne. 

Son parcours professionnel 

Après avoir obtenu un bac littéraire spécialité art et danse, c’est à Besançon que Charlotte commence ses études supérieures. La formation qu’elle a suivie, un DUT information communication, lui a permis de trouver sa voie : c’est à ce moment-là que Charlotte s’est sentie le plus à l’aise et elle voyait enfin l’occasion de conjuguer son amour pour le milieu du spectacle vivant et celui de la culture (au sens large), ainsi que sa passion pour la communication. Titulaire d’un BAC +2 à sa sortie du DUT, Charlotte ne s’est pas arrêtée là et a continué sa lancée sur une licence professionnelle à Montbéliard (Marketing et communication des organisations du spectacle de l’événementiel et des loisirs aka MOSEL). Malgré les premiers abords peu envoûtants de la ville, elle n’a jamais fait autant de terrain et de projet que là-bas. Durant cette licence pro, Charlotte a eu la chance de faire son stage au festival No Logo. Les bureaux du festival situé à Besançon étaient alors devenus son nouveau QG. Tel un poisson dans l’eau, elle ne comptait plus ses heures de travail. « Je m’épanouissais dans mon travail. Puis le stage s’est transformé en CDD. Je ferais d’ailleurs mon retour chez No Logo Production en tant que chargée de communication et assistante de production dès mon retour en France ! »

A l’heure actuelle, Charlotte occupe le poste de chargée de projet en communication au festival Vue sur la Relève de Montréal. Un stage hors étude qui permet à la jeune femme de continuer à développer ses compétences et son expérience tout en abordant une nouvelle façon de vivre et de travailler dans ce pays d’accueil qu’est le Canada. « A mi-parcours, je peux déjà dire que ce stage m’apporte beaucoup et me permet de découvrir une autre organisation et une autre manière de travailler. »

Son aventure au Canada

Depuis longtemps, Charlotte se disait qu’elle irait vivre quelques mois dans un autre pays et tenter une nouvelle aventure. Voyant des proches sauter le pas, elle s’est alors demandé pourquoi elle aussi ne le ferait pas. Une idée qui trottait de plus en plus dans sa tête. « J’ai fini par y songer sérieusement, tout en prenant en compte le contexte des études et du début de la vie professionnelle qui arrivait à grands pas. C’est là que je me suis dit que le moment le plus opportun serait à la fin de ma licence. J’ai voulu ensuite trouver un sens à cette future expatriation, c’est là que m’est venue l’idée du stage hors étude, en me renseignant sur le net. Je me suis dit que ce serait un bon moyen de trouver un réel sens à ce départ. « 

Le choix de la ville de Montréal ne s’est pas fait par hasard. Charlotte s’y était déjà rendue avec sa promo à la fin de son DUT en 2014. Elle avait déjà foulé le sol canadien, et son expérience passée dans ce pays lui avait donné envie d’y retourner.

Canada
© Charlotte Guillot

Les démarches qu’elle a réalisées

Une organisation de fer, telle est ce dont a eu besoin Charlotte. La multitude de démarches à faire peuvent en faire perdre la tête plus d’un. Le CRIJ de Besançon l’a notamment aidé dans les démarches. En effet, elle bénéficie du programme stage monde de la région Franche Comté (réservé aux jeunes diplômés demandeurs d’emplois.). L’OFQJ l’a également aidé puisque c’est grâce à eux qu’elle a pu obtenir ses assurances et ses billets d’avion. 

Les étapes qu’elle a suivies :

  • La recherche du stage
  • L’obtention du visa
  • Les billet d’avion
  • Les démarches liées à l’assurance maladie
  • Recherche de logement via les réseaux sociaux
  • JOUR J !

« Au total, j’ai préparé le projet pendant 1 an et les démarches m’ont pris 3 mois tout inclu. « 

Canada
© Charlotte Guillot

Sa vie au Canada

« Enrichissant(e) est le premier qui me vient à l’esprit. Je pense qu’on en ressort inévitablement changé. Notre vision de la vie change sur beaucoup de points. En étant loin de ses proches, on s’ouvre plus aux autres et a ce qui nous entoure, on se reconstruit un univers et un quotidien, on s’entraide entre « expat » … Je me souviens que j’ai passé Noël simplement avec toutes les personnes de mon condo qui n’avaient pas de plan pour les fêtes, ça nous a tout bonnement rapprochés ! »

L’un de ses meilleurs souvenirs canadiens s’est passé durant la première tempête de neige à Montréal le 27 décembre. Ses colocataires et elle ont sorti leur luge et sont allé braver le froid canadien à 20h. Le campus de l’université de Montréal était recouvert de son manteau blanc et de ses 40 cm de poudreuse. Un moment simple, mais qui lui restera gravé. Elles y ont beaucoup rit et Charlotte en garde un très bon souvenir. 

Charlotte y découvre une toute nouvelle vie et ne cesse de dénicher de nouvelles adresses. Pour elle, le Mont Royal est LE lieu à découvrir. La vue une fois arrivé en haut est époustouflante selon elle. Alors, on ne compte pas les marches que l’on doit monter pour y accéder et on y va, non ? Go ! 

Une autre découverte de taille que Charlotte a rencontrée est le Québécois. Grâce à des collègues et amis, elle apprend sans cesse de nouveaux mots et expressions lui permettant d’élargir son vocabulaire québécois. Ses amis et elle adorent comparer le français et le québécois. «  L’échange culturel qui sort de ces longues comparaisons qu’on s’amuse à faire est vraiment génial. Cet accent va beaucoup me manquer quand je rentrerais ! « 

Une différence entre le Canada et la France ? 

La sérénité ! Dès son arrivée Charlotte a été frappée par ce sentiment. Au Canada, elle ressent cette sérénité constamment, comme si tous ses petits tracas et angoisses disparaissaient subitement. D’après Charlotte, les canadiens ne s’arrêtent pas sur des futilités et ils vivent en laissant les autres vivre leur vie. Personne ne se mêle de son voisin. Par ailleurs, elle s’y sent en sécurité : elle s’autorise le droit de sortie à 1h du matin sans avoir peur. 

Canada
© Charlotte Guillot

Le petit conseil pratique de Charlotte 

Je lui ai demandé quel était l’élément indispensable à apporter au Canada. D’après Charlotte, le plaid est le petit must à avoir. Elle s’est d’abord sentie gênée de l’apporter puis elle s’est très vite rendu compte que ses colocataires avaient apporté la même chose. Meilleur allié pour passer l’hiver, mais aussi petit bout de réconfort : cela lui rappelle la France et la tient au chaud. 

Où suivre Charlotte ?

Suivez les aventures de Charlotte sur son blog. Un peu timide sur le sujet, elle s’est tout de même livrée à l’Etudiant Autonome, pour vous ! Accroc aux réseaux sociaux, Charlotte ne passe pas une seule journée sans aller scroller son fil d’actualité Instagram et Facebook. La montée du numérique et du web 2.0 ont permis aux blogs de rentrer dans sa vie. Elle adore les lire, mais n’a jamais trouvé un sujet autour duquel elle pourrait en créer un. Ce départ était donc l’occasion rêvée. Véritable journal de bord numérique, ce blog lui permet de partager son aventure mais surtout de rester en contact avec ses proches et de leur envoyer un petit bout du Canada. Mais Charlotte a un projet à plus long terme : créer un blog qui regrouperait ses folles escapades. Totalement incongru au début, elle n’y avait pas pensé, mais ce voyage a été un déclic. 

Ces petits bouts de vie et ce portrait vous permettront peut-être de sauter le pas et d’écrire votre propre histoire canadienne (ou autre !). L’envie et la motivation donnent souvent les clés pour déplacer des montagnes, alors, pourquoi pas vous ? 

 

Comments

comments

L’envolée de Charlotte au Canada

par Amé Lie Temps de lecture : 6 min
0