7 ans après le premier Moi, Moche et Méchant, on retrouve toujours Pierre Coffin à la réalisation du 3e opus. Dans ce dernier film, Gru rencontre son jumeau Dru et combat le vilain Balthazar Bratt. En général les seconds volets sont moins bons que les premiers, et le 3e n’en parlons pas, alors que vaut cette cuvée 3.0 ? Autant le 2e avait paru long & lent, à mes yeux, autant ici la musique entraîne autant que la plongée so funky dans les 80’s.

Un Méchant peut en cacher plusieurs

Moi, moche et méchant 3 présente rapidement le Méchant de l’histoire : Balthazar Bratt ! Dès les premières minutes du film, on voit ce « vilain garçon » voler un diamant en dansant. Balthazar est resté dans les années 80, il porte des épaulettes, une coupe que l’on ne qualifiera pas, mâche du chewing-gum à longueur de journée et se promène avec son copain robot. On est donc loin du vilain dans James Bond (même si câliner un chat ne fait pas très viril), on fait plutôt face à un méchant qui n’a pas grandi. C’est avec l’aide de son jumeau que Gru va contre carrer les plans de Bratt. Wait son jumeau ? Surprise en effet dans ce 3e Moi, Moche et Méchant puisque Gru apprend l’existence de Dru. Dru était resté avec le père et Gru avec la mère. Après le décès de la figure masculine, Dru prend contact avec son frère. Gru l’ex Méchant va donc réaliser que son paternel était un vilain comme lui. Dru en mal d’amour, voudrait devenir comme eux. Notre héros va donc faire croire à son jumeau qu’il est reparti dans ses travers pour récupérer le diamant volé et son job d’agent.

Music et Minionneries

Moi, moche et méchant 3, a une intrigue simple comme tout bon film d’animation, mais le rythme ne s’essouffle jamais. On commence avec du lourd d’entrée de jeu puisque le vilain Balthazar Bratt se déhanche sur Bad de Michael Jackson ! Y a-t-il plus classe comme bande son pour un voleur ? On adore aussi le fight Gru-Balthazar, à la fin, sur IntoThe Groove de Madonna. Sur les 8 chansons du film, 5 ont été crées spécialement par Pharell Williams. Hormis, There’s something special, un morceau plus lent, on aura le plaisir de voir les Minions dans un tableau très chorégraphié, bouger sur la célèbre chanson Freedom. Les Minions ont ici un rôle assez équilibré. N’en pouvant plus de ne plus servir un vrai vilain, ils vont finir par faire grève et partir. Après avoir crashé le plateau d’une émission de télé-crochet avec style, ils se retrouvent tous en prison et cette fois encore, ils vont s’en sortir en musique. On ne pouvait pas parler de Mignonnerie sans parler d’Agnès. Si les filles sont relayées plutôt en second plan dans cet opus, il y a toujours une bonne dose d’amour à travers Agnès. Les spectateurs savent qu’elle adore plus que tout les licornes, et, quand elle pense pouvoir en trouver une, son excitation est communicative.

Moi, Moche et Méchant 3 : Who’s bad?

par Aliénor Perignon Temps de lecture : 2 min
0