Ce dimanche, les électeurs français étaient invités à voter de nouveau dans le cadre de la primaire de la droite et du centre. Dans ce second tour qui oppose Alain Juppé à François Fillon, la moyenne d’âge des candidats est de 67 ans. Les jeunes s’y retrouveront-ils dans leur potentiel futur président ? D’ailleurs, les jeunes sont-ils allés voter lors de ce second tour ? Reportage dans un bureau de vote à Nanterre.

primaire-droite-1

Un début de Primaire timide

En tout cas, ils n’étaient pas nombreux en ce début d’après-midi au bureau de vote du Chemin de l’Île, à Nanterre (92000). Pourtant, ce n’est pas la place qui manque. La salle où se passe l’élection est très vaste et comporte trois isoloirs. Les bénévoles sont eux aussi très nombreux, au nombre de huit, et très accueillants. C’est le président du bureau de vote, Gilles Norroy, vêtu d’un costume, qui accueille en personne les électeurs. Pour lui, « Il n’y a pas un vote jeune dans ce quartier […] On ne peut pas dire que massivement il y ait eu un vote jeune » ce jour-là à Nanterre. Les jeunes qui se sont plutôt présentés le matin avait la trentaine. À midi, on comptait déjà 70 votants, soit plus que lors du premier tour avec notamment beaucoup d’électeurs qui n’étaient pas venus au premier tour dans ce bureau de vote, l’un parmi les cinq que comprend Nanterre (avec La Villa des Tourelles, les salles Joliot Curie, Romain Rolland et du Mont Valérien). À 15 heures, il n’y avait donc pas foule de votants. Liliane, 70 ans, déplore avec son mari le fait qu’ils ne voient « pas beaucoup de jeunes alors que c’est leur avenir ». Cependant, ils admettent que les deux candidats à la primaire étaient entourés de jeunes durant leurs différents meetings. Le temps risquait d’être long pour le bureau…

Les jeunes et le vote

Ils sont arrivés petit à petit après 15 heures. Lorsqu’on leur demande pourquoi ils sont venus voter, la réponse est unanime : « parce que c’est important ». Pour Tristan, 18 ans, qui vote pour la première fois, il est venu parce que « c’est un droit démocratique », en oubliant presque qu’il a dû payer pour dépose son bulletin dans l’urne. Avis partagé par Monique, 19 ans, étudiante en BTS gestion, qui vote pour la deuxième fois parce qu’ « en France on a la chance de pouvoir voter. C’est un droit et un devoir civique. Pour moi, c’était une évidence [de voter] ». En revanche, elle n’avait pas pu voter au premier tour en raison de révisions pour les fatidiques partiels. C’est sa maman qui a payé son vote d’ailleurs. Ces jeunes électeurs devinent déjà leur futur président. Caroline, 24 ans, a voté « par procuration » par le biais de son frère qui a déposé le bulletin dans l’urne à sa place. Elle voit dans le résultat de cette primaire du parti de la droite et du centre le prochain candidat à la présidentielle car elle affirme avoir voté parce que : « c’est important pour avoir le bon candidat en 2017 ». Souaré Aminata, 21 ans, qui n’était pas venue au premier tour mais avait bien vu « l’engouement » d’alors, est donc venue voter. Elle pense également que « le futur gagnant sera potentiellement le président ».

Juppé, Fillon et les jeunes

Pour Tristan, « Alain Juppé peut représenter les jeunes ». Il le fait notamment « dans ses propos et ce qu’il prévoit de faire dans les universités ». Dans son programme, le candidat souhaite ainsi généraliser la sélection dès l’entrée en master, ouvrir plus de logements étudiants ou encore favoriser une année d’étude à l’étranger dans le cadre des études supérieures (par un stage ou un échange). Pour Younes Chiboub, 19 ans : « sur ce qu’ils évoquent, ils ne parlent pas beaucoup des jeunes » mais c’est important que « les jeunes viennent voter car des lois vont les impacter », telle que la retraite à 65 ans. La sexagénaire Liliane trouve que François Fillon parle de l’avenir, de la famille et redoute qu’Alain Juppé ne fasse pas les choses facilement. Le député de Paris souhaite notamment investir plus d’argent dans les universités, favoriser l’alternance et modifier le baccalauréat pour éviter les problèmes d’orientation. Monique pensent qu’ils mettent tous deux en avant les besoins des jeunes. Les avis sont donc partagés sur les programmes, qu’en sera-t-il des résultats dans les urnes ?

 primaire

 

Primaire : les jeunes aux urnes ?

par Armandine Castillon Temps de lecture : 3 min
0