EvE Online, c’est un Meuporg axé science-fiction sorti en 2003, développé par les islandais de CCP Games, qui résiste encore et toujours à l’envahisseur warcraftien (~400-500k abonnés, ~40-50k joueurs présents sur le serveur « Monde moins Chine » en heure de pointe). D’abord une jolie prouesse technologique (utiliser un super-serveur et mettre tous les joueurs dedans), c’est aussi un très bon sandbox. Crash-test.
 


EvE online, un MMO sandbox

Dans le marché des Meuporg, il existe deux catégories principales :
Les theme parks : Ce sont vos WoW, Rift, Wildstar, TESO, … Vous avez à votre disposition diverses attractions (des donjons à 5/10/20/25/40 joueurs, du PvP instancié, …), le monde est déjà constitué, vous faites partie de ce monde, et basta.
Les sandbox : Les développeurs vous donnent des outils, avec lesquels vous vous amusez à votre manière. EvE Online, Star Wars : Galaxies sont de ces jeux qui donnent une très grande liberté aux joueurs. Vous ne faites pas seulement partie de ce monde, vous le CONSTRUISEZ (ou détruisez …). 
 
Dans EvE, vous incarnez un Capsuleer, un humain ayant bénéficié des avancées de la cybernétique pour être virtuellement immortel (vous pouvez mourir dans EvE, mais votre conscience sera projetée dans un autre corps prêt à vous accueillir … Bon, vous aurez quand même paumé votre vaisseau !) et piloter de nombreux vaisseaux, de la frêle (mais non moins efficace en nombre suffisant) frégate au Titan, catégorie de vaisseaux faisant plusieurs kilomètres de long ! Mais vous êtes surtout là pour le pouvoir. Est-ce qu’il sera militaire ? Politique ? Economique ? Ou serez-vous un électron libre, un mercenaire vendant vos services au plus offrant. 

Le hi-sec, le low-sec et le null-sec

L’univers du jeu est divisé en trois zones : le hi-sec, le low-sec et le null-sec (ou 0.0). En gros, le hi-sec et le low-sec sont contrôlés par les empires non-joueurs, et donnent un semblant de sécurité (la « police » en hi-sec vous aidera si vous êtes attaqué sans raison, mais il y a des chances que la cavalerie n’arrive que trop tard pour vous sauver…). Le 0.0, toutefois, est une zone de non-droit. Elle est dans sa quasi-totalité gérée par des corporations, elles-même gérées par des joueurs, qui ont leur hiérarchie, leurs spécialistes, et leurs petits secrets inavouables … La plus grosse, Goonswarm, compte plusieurs milliers de membres et un paquet de systèmes solaires sous son emprise ! Certaines grandes corporations dévoilent aussi leurs résultats financiers, comme le ferait une grande entreprise dans le monde réel. 
 
Le 0.0 apporte aussi son lot d’intrigues. Tout y passe : mettre une taupe chez l’ennemi pour récolter des informations, et éventuellement saboter une opération (par exemple en volant des vaisseaux/ressources au moment le plus opportun), alliances militaires et/ou économiques, pactes de non-agression, versements de tributs, et autres jeux de dupes …Et la longue histoire du jeu montre qu’une personne bien placée ou un électron libre haut placé et suffisamment influencé peut changer beaucoup de choses sur l’échiquier géo-politique de New Eden (je vous renvoie à ce moment là aux ressources sur le Net, comme par exemple la chute de Band of Brothers ou plus récemment de Test Alliance Please Ignore). 
 
C’est aussi en 0.0 qu’on verra les plus grandes batailles, rassemblant aisément des centaines, voire des milliers de joueurs, avec les dégâts qui vont avec. S’installe ainsi une véritable chaîne de commandement, avec des chefs d’escadrilles, un ou plusieurs chefs de flotte, des groupes qui se focalisent sur certains points faibles de la doctrine adverse … La doctrine est d’ailleurs très importante : des vaisseaux de petite taille sont difficiles à toucher pour les plus gros, il faut donc un bon équilibre, car il y aura des batailles dans la bataille ! 
 
Cela n’empêche pas pour autant de voir de belles choses en hi-sec et low-sec, pourtant considérés comme étant un peu plus calmes. Par exemple Burn Jita, qui a réussi à infliger une inflation monstrueuse pendant quelques jours en réalisant un blocus sur la plus grosse plateforme d’échanges de l’univers, ou les Hulkageddon, qui visent à détruire un maximum de vaisseaux de minage, handicapant la récolte. 

Un lien fort avec l’argent

L’économie est entièrement gérée par les joueurs, que ce soit au niveau de la récolte de ressources (des mineurs, des recycleurs, …), de la production (des personnages spécialisés dans la production de vaisseaux, de modules, …), et bien évidemment, de l’achat et de la vente (tout le monde, mais plus particulièrement les transporteurs et les traders). Chaque station spatiale est un marché. Il y a potentiellement plusieurs stations par système solaire. Il y a au moins 1000 systèmes solaires, chacun étant rattaché à une région économique (ce qui nous permet de voir les différences entre les stations au sein de cette région). Je vous laisse imaginer les possibilités pour un féru d’économie … 
 
L’un d’eux a d’ailleurs travaillé pour les développeurs : Dr Eyjolfur Eyjo Gudmundsson, sobrement nommé Dr Eyjo. Pendant sept ans (il est récemment parti pour devenir le recteur d’une université au nord de l’Islande), il a surveillé l’état de cette économie virtuelle, les impacts qu’ont les joueurs dessus, les parallèles à ce qu’on voit dans la vraie vie de dehors…Il a d’ailleurs fait plusieurs fois des conférences à la Fanfest (une convention pour les joueurs d’Eve Online), expliquant ces concepts à un public souhaitant renforcer sa connaissance sur les rouages de l’économie du jeu, et par extension de notre véritable économie (le jeu a déjà subi un krach, à cause d’un banquier malhonnête parti avec la caisse !).
 

 
D’ailleurs, niveau malhonnêteté, rien ne vous en empêche ! C’est une chose parfaitement autorisée par les développeurs, jusqu’à un certain point (tant que cela ne touche pas au monde réel, par exemple en révélant des informations personnelles, en menaçant physiquement…). Rançonnage (vous tenez votre adversaire en joue, il vit s’il paie … Cela dit, vous pouvez quand même le tuer !), arnaques à la Madoff (la bonne vieille pyramide …), interception de vaisseaux de transport pleins à craquer, contrats foireux (oups, j’ai mis quelques zéros en trop !), …
Vous pouvez aussi aller sur des sites externes (faits par des joueurs, et non par les développeurs) pour jouer à des jeux d’argent avec votre monnaie virtuelle, ou parier sur des rencontres sportives! Un bonheur pour ceux qui veulent jouer sans risquer de toucher à son vrai compte en banque. 
 
EvE est un jeu par abonnement, mais propose aussi le PLEX (Pilot License EXtension). En gros, un joueur achète un PLEX pour du vrai argent, et le revend sur le marché pour se faire un peu de monnaie virtuelle. Lorsqu’il est utilisé, un PLEX crédite un mois de jeu sur le compte, permettant aux plus fortunés virtuellement de pouvoir jouer gratuitement. 
Cela permet aussi de faire une correspondance ISK = €. Ainsi, certains gros titres (qui ont été repris par des journaux conventionnels, comme Le Monde, ou encore Forbes !) parlent de cambriolages ou de grandes batailles coûtant l’équivalent de plusieurs milliers d’€ ! La bataille de B-R5RB, la plus grande de l’histoire de New Eden, à coûté l’équivalent de 300’000 $ en l’espace de 24 heures… Et pour quelle raison? Une facture impayée pour garder le contrôle d’une station en 0.0. Pas pour des escarmouches, pas pour la découverte d’un espion. Non, une facture impayée !

Notre cher économiste a aussi relevé une chose intéressante sur le PLEX : C’est une valeur refuge aux yeux des joueurs (vu que sa valeur évolue à peu près en même temps que l’inflation, et que ceux qui veulent jouer gratuitement en ont toujours besoin), au même titre que les métaux précieux dans notre monde. 

On adopte, ou pas ?

EvE révèle l’humain, dans toute sa bassesse comme dans toute sa splendeur. Sa lutte pour le pouvoir, les moyens qu’il mettra en oeuvre pour y arriver (j’ai déjà engagé des mercenaires pour empêcher un concurrent un peu trop gênant de commercer en toute tranquilité …), mais aussi son sentiment d’appartenance à une grande famille (sa corporation, la communauté entière) : la disparition de certains membres a suscité l’émoi de la communauté, participant au deuil à leur manière (rassemblements en jeu, collecte d’argent pour la famille du défunt). Vile Rat, qui était le diplomate de Goonswarm, était un véritable diplomate américain, mort durant la guerre civile lybienne, ou plus récemment John Bellicose, qui a été un simple formateur mais surtout un membre très apprécié de sa corporation.  
 
Si EvE vous intéresse, essayez-le avec un mentor (contactez-moi sur « fifixc AT gmail POINT com » si vous le souhaitez!). C’est encore assez difficile d’apprendre à y jouer seul, même si CCP fait des efforts depuis quelques temps pour améliorer l’expérience du nouveau joueur. Rejoignez une corpo « école », comme la vénérable EvE University. Et faites attention aux arnaqueurs. Si une offre est trop belle pour être vraie, c’est généralement un piège !
 

François-Xavier Cornillet

#CrashTest – EvE Online, l’Homme, et le pouvoir

par François-Xavier Cornillet Temps de lecture : 6 min
0