Chaque mois, vous observez les courbes du chômage osciller, affoler la classe politique et le CAC 40, et chaque mois, vous vous en foutez … Jusqu’à ce que vous soyez dedans. Cinq ans d’études et un diplôme en béton armé plus tard, vous êtes au chômage, et c’est la loose intergalactique. Nous aussi on est passé par là, et pour vous, on teste tout ce qui pourra vous faire passer de cet état de crasse à l’état de grâce sur le marché de l’emploi. Aujourd’hui : la campagne « I get a job », de Randstad.

 J'ai testé I get a job Une 2

Jeune diplômé cherche premier emploi

Tous les matins vous vous levez avec l’œil un peu morne, le cafard perpétuel, le blues du jeune en vacances toute l’année alors que vous rêvez d’open space, de boss relou sur votre dos et d’interminables réunions qui commencent à 17h. Vous aussi, vous voulez prendre les métros et les RER bondés à 8 h du mat’, collé entre le mec qui pue déjà la transpiration (été comme hiver) et cette dame bizarre qui est tombée dans son Eau de Fidji et qui cocotte la rame entière.

Seulement voilà, vous traînez toute la journée sur Profilculture et sur Randstad, vous cliquez frénétiquement sur Postuler, vous envoyez votre CV et lettre de motivation assortis d’un si grand espoir … toujours déçu. Mais vous n’avez pas encore testé l’expérience « I get a job », la nouvelle campagne de l’agence Randstad. Vous avez de la chance : moi si, et ça va vous plaire. Suivez le guide.

J'ai testé I get a job 3

Randstad + la GenY = <3

Oubliez tout ce que vous savez sur la recherche d’emploi. Videz les dossiers favoris de vos navigateurs remplis d’offres déjà périmées, lavez vos cerveaux de toutes les idées reçues, n’écoutez pas votre tante / mère / bouchère quand elle vous dit, mi condescendante, mi excédée, qu’internet c’est bien, mais qu’à votre âge, elle allait tous les matins à l’agence d’intérim à côté de chez elle, dès l’ouverture, et qu’en démontrant son assiduité et sa détermination, ils ont fini par lui en donner, du boulot ! Alors que vous, à 8 h, le matin, ben vous dormez, puisque vous avez passé la nuit à vous enfiler les premiers épisodes de Scream QueensSelon elle, vous êtes donc fainéant(e) et incapable, ainsi que *insérez tout autre commentaire culpabilisant et dépréciateur*, et vous feriez mieux de vous bouger le cul si vous voulez un job.

Tu pourrais aimer...
Challenge du « Monde des Grandes Ecoles et Universités » : une autre façon de recruter

Randstad, elle, vous a compris. Comme vous, Randstad a entendu mille fois les stéréotypes insupportables décimant dessinant la Génération Y, et Randstad a décidé de les utiliser à bon escient. Comment ça marche ? C’est s-i-m-p-l-e – oubliez les sempiternelles fiches « parcours universitaire » à remplir sur les agrégateurs d’offres, plus d’informations à répéter mille fois : vous n’avez qu’à créer un compte, deux minutes, top chrono.

J'ai testé I get a job

I get a job : la recherche d’emploi 2.0

« I get a job », c’est l’histoire d’une rencontre entre le marché de l’emploi et toute une génération. À mi-chemin entre les recherches et le jeu, la campagne de Randstad lancée il y a moins d’un mois profite de toutes vos compétences générationnelles pour vous stimuler : apprendre l’anglais en jouant version recherche d’emploi, en somme.

Ludique et original, le site dédramatise le chômage des 18-25 ans en vous proposant un système de niveaux à passer, qui vous donnent droit à des badges virtuels : on vous guide dans les étapes à suivre (et on fait ça bien mieux que tante Gertrude), et surtout, on vous donne accès à des vrais conseils de professionnels sur les do’s et dont’s du recrutement. Et pour la pause goûter, on vous gratifie même d’une petite vidéo drolatique, dans la même veine de vos youtubeurs préférés : « Évite le pire pour devenir le meilleur ».

Si vous engrangez un max de points et que vous faîtes partie des meilleurs utilisateurs, JACKPOT ! On ne vous offre pas un job … Mais presque. Invité le 19 novembre à l’event spécial recrutement, vous aurez la chance de rencontrer des recruteurs … susceptibles de vous offrir le graal.

Tu pourrais aimer...
Ludovic Piedtenu : « J'ose penser que faire ce métier est possible sans condition de diplôme. »

Alors, on tente ? Bon, par contre, il y a bien un badge pour récompenser les plus scrupuleux d’entre vous qui se rendront sur le site entre 7 et 10 h le matin … Il va falloir mettre le réveil, mais ça vous donnera un avant-goût des open-space que vous convoitez tant.

 

 

I partnered with the brand to write this article but every word is mine

Comments

comments

#Emploi – J’ai testé pour vous : « I get a job »

par Lolita Savaroc Temps de lecture : 3 min
2