Pour la Fête de la Musique, plusieurs rédactrices ont décidé de partager avec vous leurs coups de cœur musicaux. Le but ? Vous faire découvrir plein de sons sympas ! Croyez-nous, il y en aura vraiment pour tous les goûts…

Anne-Sophie : Boulevard des Airs

Boulevard des Airs, c’est le groupe français dont vous ne pouvez pas ne pas avoir entendu parler. Composé de 9 membres, le groupe, emmené par Sylvain et Florent, s’est formé en 2004 dans la cour d’un lycée de Tarbes. Trois albums et des centaines de concerts plus tard, Boulevard des Airs sera à l’affiche d’une vingtaine de festivals cet été, avant de prendre des vacances bien méritées et de travailler sur un quatrième album, d’ores et déjà très attendu par les fans.

Aude : BOARS

« There will be parties, There will be fun, There will be gallows for everyone ♪♪♪ » : depuis plusieurs mois, mon entourage ne connaît que trop bien cette petite phrase puisqu’il paraîtrait que je la fredonne un nombre incalculable de fois dans la même journée… impossible donc de ne pas partager avec vous cette super découverte. Avec leurs sons qui déménagent et une performance scénique plutôt volcanique, le groupe BOARS semble avoir un bel avenir devant lui ! Il y avait pourtant 97% de chances que cette chronique se passe bien… mais c’était sans compter sur ces cinq nancéiens… Attention : Je décline toute responsabilité dans l’addiction que vous aurez pour ce groupe après avoir entendu leurs sons.

Éléonore : Biffy Clyro

L’histoire de ce boys band commence à Kilmarnock, en Écosse. C’est de là que sont originaires Simon, James et Ben, les 3 membres (dont 2 frères jumeaux) de ce groupe de rock alternatif.  Formé en 1995, il compte déjà 6 albums à son actif, dont plusieurs de leurs chansons ont réussi à se hisser dans le top 10 du chart UK, tels que les singles Moutains, ou encore Wolves of Winter. En bref, Biffy Clyro, c’est du rock, parfois brut et parfois plus doux, au gré des chansons, pour un aller simple vers l’Écosse ! Et si vous souhaitez les voir en live, ils seront le 30 juin au Main Square Festival d’Arras, et le 7 juillet au Stade de France.

Lolita : Bruno Mars

Qu’on se le dise : si tu ne connais pas au moins cinq titres de Bruno Mars par cœur, c’est que tu vis dans une grotte. Exit Usher et ses copains, notre chouchou a débarqué d’une autre planète (de Mars ?) il y a maintenant sept ans et nous a fait oublier tous ceux qui étaient passés avant. Il a séduit votre mère, votre arrière-grand-mère et votre petite cousine (et même votre chat ronronne quand vous lancez « Uptown Funk », ne le niez pas), et franchement, est-ce que vous n’avez pas envie de danser dès que vous entendez les premières notes de « 24K Magic », « Marry me », « Locked out of heaven » et « Grenade » ? Dans la lignée de l’excellent « Can’t stop the feeling » par l’homme-qui-est-devenu-sexy-quand-il-a-arrêté-de-peroxyder-ses-cheveux, déhanchez-vous sur le dernier hit du martien de la pop, définitivement mon fav du moment : « That’s what it’s like » ! SHOWTIME.

Solène : Pentatonix

174 millions. C’est le nombre de vues du cover d’Hallelujah par le groupe américain. Son originalité ? L’A Capela. Les cinq membres de Pentatonix ont réussi à percer grâce à leurs personnalités et à leurs voix uniques. Le timbre très grave d’Avi Kaplan se marie à merveille avec les notes les plus hautes de Mitch Grassi. On rajoute le beat-box de Kevin Osula et les voix de Kirstin Maldonado et Scott Hoying et la magie est là. On se laisse porter et on profite.

Fête de la Musique : les coups de cœur de la rédaction

par Aude Norguin Temps de lecture : 3 min
0