La saison 5 de la série politique made in Netflix est sortie ce mardi 30 mai. On y retrouve Franck et Claire Underwood en pleine campagne pour la présidence, face au jeune candidat républicain. House of Cards arrive-t-elle encore à surprendre ?

Tout les coups sont permis

Le premier aspect intéressant de cette nouvelle saison est la désillusion totale du politique. Cet aspect était déjà présent dans les quatre précédentes saisons, mais il y avait toujours une personnalité morale pour temporiser. Dans cette saison 5, c’est fini. Tous les personnages baignent dans les combines, chacun a des failles et chacun veut faire sombrer son adversaire. Le temps de la proposition politique a disparu, bienvenue à la destruction politique. La série embrasse complètement le cynisme pour pousser le curseur à l’extrême limite.

House of Cards ou la trumpisation de la fiction

Tout le long de cette cinquième saison, les scénaristes se sont forcés à coller un peu plus à l’arrivée de Trump dans la course politique. Toujours à l’affût pour coller à la réalité, la fin de saison 4 donnait le passeport parfait pour embrayer sur les thématiques protectionnistes et liberticides. On ne peut s’empêcher de sentir un peu de forçage pour faire tenir cet aspect dans la série, et la seconde partie de la saison devient un joyeux bordel. On y est bousculé, perdu, désorienté, de la même façon que peuvent l’être les Américains avec leur nouveau président.

Une saison moins convaincante

Au cours des 13 épisodes de la dernière saison, on ne sent plus ce qui faisait la force de la série dans les premières péripéties du couple Underwood. Peut-être plus brouillonne, une absence de surprise, un oubli de subtilité, on ne sait pas trop ce qui manque, mais le petit plus du show semble absent. La saison se déroule en pilotage automatique et aucun moment ne ressort vraiment. La fin de la saison se pose comme une conclusion logique à ce qui se préparait depuis le plan final de la saison 4. Il n’empêchera pas qu’on dévore les épisodes avec plaisir, et qu’on attendra quand même cette saison 6 avec impatience.

House of Cards : la quête du pouvoir n’a plus aucune limi…

par Christophe Lalevee Temps de lecture : 1 min
0