La Forteresse impossible, premier roman de Jason Rekulak, est sorti le 11 octobre. Il fait parti des petits bijoux littéraires dont Actes Sud a le secret. L’auteur nous raconte l’histoire de trois amis : Billy, Alf et Clark. Un récit d’éducation sur l’adolescence et la découverte de la sexualité, écrit avec légèreté. Amis fans des 80’s et des jeux vidéo, suivez-moi !

Jason Rekulak et la nostalgie des 80’s

Jason Rekulak délivre dans son roman une véritable ode aux années 80. L’histoire se déroule en 1987, dans la petite ville de Wetbridge. La Forteresse impossible commence avec trois ados qui n’ont qu’une envie : voler un Playboy pour voir Vanna White dénudée. Pour les jeunes d’aujourd’hui, une précision, la jeune femme fut (réellement) dès 1982 l’hôtesse du jeu télévisé La Roue de la fortune. Pour les garçons de 14 ans : « Vanna était, sans l’ombre d’un doute, la plus belle femme d’Amérique. Certes, on pouvait juger que Michelle Pfeiffer avait de plus beaux yeux, que Kathleen Turner avait les jambes plus fines, et qu’Heather Locklear avait le corps le plus harmonieux » (P14). Si vous ne connaissez pas Kathleen Turner vous aurez au moins entendu parler d’Heather Locklear dans Melrose Place et de Michelle Pfeiffer (Scarface) ! Il n’y a pas que les héroines de nos personnages principaux qui sentent bons les 80’s. Jason Rekulak parle musique, cinéma et jeux vidéo. Billy est, en effet, l’heureux propriétaire d’un Commodore 64, ordinateur conçu par Commodore Business Machines Inc. pour l’entreprise Regular Blue Fish en 1982. Il regarde en boucle Kramer contre Kramer avec Alf & Clark et écoute Genesis avec Mary.

La forteresse impossible : plus qu’un jeu vidéo

Le titre du roman de Jason Rekulak a plus d’une signification. Tout d’abord, il s’agit du nom du jeu vidéo que Billy et Mary vont présenter au Concours du Jeu de l’année pour les programmateurs informatiques du lycée. La forteresse impossible c’est aussi la boutique de Zelinsky. Au début du roman, les trois adolescents tentent d’y pénétrer pour récupérer le Playboy, mais sans succès. Ils finiront par la suite par y accéder, mais non sans difficultés… De manière plus imagée, Jason Rekulak, laisse entendre que cette forteresse impossible à traverser est le secret de la féminité. Billy, Alf et Clark vont dans ce roman se déchirer, mais l’amitié est plus forte que tout. Ensemble, ils vont découvrir les premiers émois amoureux. Le narrateur va aborder la question seul dans un premier temps. C’est, en effet, lui qui est chargé de s’occuper de Mary. Rien ne se passe comme prévu puisqu’il semble vraiment apprécier la demoiselle : « Mary avait un visage rayonnant, et on aurait dit qu’elle souriait même quand ce n’était pas le cas » (P86). Leur jeu vidéo est un prétexte pour se rapprocher : « Sur une impulsion, j’ai tenté un geste fou : embrasser Mary. À partir de ce jour, la normale n’était plus tout à fait comme avant » (P141). Clark, lui aussi, a le droit à son aventure amoureuse : « Clark, tout excité, s’extasiait à mi-voix sur la façon dont Lynn lui avait parlé. Je vais trop lui demander si elle veut sortir avec moi ». La forteresse impossible de Jason Rekulak part d’un récit initiatique de l’adolescence à l’âge adulte et fait un parallèle entre l’ancien et le nouveau, le texte et l’image, l’écran et le papier.

Si le cœur vous en dit, il est possible de jouer à La Forteresse impossible !

Tous les mardis et vendredis, nos rédactrices de la rubrique littérature vous parlent d’un livre qu’elles ont aimé. Ne tardez plus, allez découvrir nos autres chroniques !

Jason Rekulak nous embarque dans La forteresse impossible

par Aliénor Perignon Temps de lecture : 3 min
0