Laurent Cirade et Paul Staïcu occupent le Théâtre du Palais-Royal jusqu’au 15 avril avec leur spectacle musical totalement barré Duel, opus 2.

duel

Un duel de musiciens déjantés

Laurent Cirade et Paul Staïcu forment un duo comico-musical depuis bientôt 15 ans. Après avoir partagé 12 ans d’humour musical dans le spectacle Le Quatuor (Molière du Meilleur spectacle musical en 1998), Laurent Cirade, violoncelliste de renom, décide de diviser par deux l’expérience et de créer un duo musical déjanté. Lors du casting pour trouver son fameux acolyte, l’entente avec Paul Staïcu est immédiate. Issu d’une formation classique, puis passionné de jazz, Paul Staïcu excelle au piano. Grâce à leurs instruments de prédilection, les deux musiciens vont casser les codes du classique et redonner un coup de jeune à leurs jouets musicaux. Après avoir connu beaucoup de succès avec le premier spectacle Duel, ils en sont désormais à leur deuxième volet.

Le spectacle commence à première vue comme un spectacle de musique « normal ». Le pianiste s’installe, puis son acolyte violoncelliste le rejoint pour jouer un morceau. Mais catastrophe, impossible de tenir correctement son violoncelle pour Laurent Cirade. La folie du spectacle commence entre les deux musiciens dans un duel de taquinerie oscillant entre humour et burlesque.

 

Des instruments théâtralisés

Ce qui est très drôle dans Duel, c’est que nous n’avons pas l’impression d’assister à un spectacle de musique. Bien sûr, la musique est l’essence même du spectacle, mais c’est à l’aide de nombreux procédés comiques que les deux artistes arrivent à débrider le genre. Les instruments se retrouvent tantôt instruments, tantôt personnifiés. Laurent Cirade est par exemple sous le charme d’une magnifique violoncelle femme dont l’union donnera un beau bébé violon… On vous avait prévenu, ils sont totalement fous !

Les deux musiciens ne communiquent quasiment pas par voie orale durant le spectacle. Tout est gestes, mimiques et intonations. Un petit peu comme avec les Fills Monkey, les artistes ont leur langage à eux, et nous comprenons très bien leur manière de communiquer rien qu’à l’aide de sons et intonations. Cependant, la voix est bien sûr capitale dans le chant de nombreuses chansons, allant des Bee Gees à Barry White.

Une partition d’humour

Si les amateurs de musique se régaleront, ceux d’humour également ! Le Duel ne cesse de faire rire son public, aussi bien grâce à des sketchs de chamailleries, que grâce à de véritables petites scénettes à histoire. Ils n’hésitent pas non plus à se servir d’accessoires fous comme une scie ou du fil de pêche pour jouer de la musique avec humour. Les spectacles humoristiques de musique ne cessent de se développer, mais celui-là se démarque par sa complicité hors norme et par une maîtrise musicale indéniable. Un duo d’une justesse musicale et théâtrale parfaite, sans fausse note, et plus que bien accordé !

Duel, Opus 2 du mercredi au samedi au Théâtre du Palais-Royal

Réservez vos places sur le site du théâtre ou sur BilletRéduc

Comments

comments

Duel, opus 2 – L’humour sans fausse note

par Laurène Thiéry Temps de lecture : 2 min
0