Comédie sociale sur le monde du travail, et plus particulièrement sur le monde des médias, Les Assistantes est à la croisée d’un Thelma et Louise et de Bernard Madoff. Entre innocence, magouilles malgré elles et système de Ponzi qui va arnaquer l’un des hommes les plus puissants de la planète : bienvenue dans le roman feel-good de l’été.

Les Assistantes, Camille Perri

Elle, c’est Tina Fontana, l’assistante idéale : zélée et discrète.  Lui, c’est le boss. Il est puissant et charismatique, profitant sans scrupule du système. À trente-deux ans, l’assistante du très influent Robert Barlow, PDG de Titan Corp, discrète, efficace et futée, est très appréciée de son célèbre patron. Mais après six années à prendre des rendez-vous et à servir des verres de vin qui valent dix fois son loyer, tout le glamour qui auréolait son travail s’est évanoui, contrairement à la charge de son prêt étudiant qui, elle, va crescendo. Mais une erreur comptable offre à Tina l’occasion de se libérer de sa dette. Elle a toujours respecté les règles, mais là sa vie pourrait changer radicalement … Et si c’était à son tour de devenir riche ?

Un roman qui questionne avec humour la place des femmes dans le monde du travail

Il ne suffit que de cinq pages pour comprendre que Camille Perri a écrit un best-seller. Combinant le monde glamourisé des hautes sphères médiatiques, une carrière qui stagne et un scandale financier digne de Madoff, le tout dans un joli petit paquet rose, Les Assistantes est un roman drôle, léger et définitivement feel-good, qui aborde avec un sourire dangereux la question de la place des femmes dans le monde du travail.

Si elles montent un système de Ponzi presque malgré elles, les quatre acolytes de Camille Perri incarnent une génération Sex & The City réussie, le réalisme en plus. La trentaine, un prêt étudiant énorme sur les bras et un salaire qui paie tout juste le loyer de leur studio dans un quartier pas si bien famé, ces assistantes, témoins du faste et des excès quotidiens de leur patron – tous des hommes – s’improvisent en Robin des bois du dimanche et inversent le pouvoir. La docilité exigée par le job devient un instrument de séduction pour mieux arnaquer leur supérieur. Un page-turner amusant et léger, mais loin d’être dénué de fond. Tout ce qu’on a envie de glisser dans son panier de plage cet été, en somme.

Découvrez ci-dessous les premières pages du roman
Les Assistantes, de Camille Perri

Les Assistantes : la comédie sociale feel-good de Camille Perri…

par Lolita Savaroc Temps de lecture : 2 min
0