Retour sur la deuxième semaine du Tour de France. Les coureurs quittent les Pyrénées et se rendent vers le massif alpin où l’explication finale semble se dessiner. Christopher Froome (Sky) est toujours en jaune et ses adversaires semblent déjà se battre pour la deuxième place.

La part belle aux échappées

Froome
lexpress.fr

Michael Matthews (Orica) a signé sa première victoire sur le Tour de France. Il a profité d’une grande échappée avec deux de ses coéquipiers pour mettre une nouvelle ligne a son palmarès bien rempli. Une échappée beaucoup trop nombreuse du goût de Peter Sagan (Tinkoff), le slovaque a pris ses responsabilités et à permis à un groupe de six de se disputer la victoire d’étape. Le champion du monde a dû répondre à toutes les attaques et face aux trois coureurs Orica, le slovaque a dû s’incliner derrière l’australien Michael Matthews.

Thomas de Gendt (Lotto Soudal), déjà échappé en début de Tour, a fait une échappée fantastique sur les pentes du Mont Ventoux. Il a su gérer cette montée mythique de la grande boucle et s’impose au sprint devant l’espagnol Daniel Navarro (Cofidis) et le belge Serge Pauwels (Dimension Data).

Jarlinson Pantano (IAM) a signé quant à lui la plus belle victoire de sa carrière, sa première sur le Tour de France. Il s’impose au terme d’une étape compliquée (comprenant pas moins de 6 difficultés) au sprint devant le polonais Rafal Majka (Tinkoff). Le polonais se console en endossant le maillot blanc à pois rouge de meilleur grimpeur.

Les habitués du Tour de France

Froome
europe1.fr

Peter Sagan (Tinkoff) deuxième de la dixième étape a provoqué sa chance le lendemain dans une étape complètement folle. Une étape dite de transition qui ne propose pas de grosses difficultés sur le papier, mais c’était sans compter sur le vent. L’équipe Tinkoff a provoqué une violente accélération, coupant le peloton en plusieurs morceaux. Au profit d’une nouvelle accélération, Peter Sagan accompagné de son coéquipier Maciej Bodnar (Tinkoff) est sorti du peloton en compagnie du maillot jaune en personne et de son coéquipier Geraint Thomas (Sky) . Le maillot jaune avait pour but d’accroître son avance au classement général. Peter Sagan s’impose donc au sprint devant Christopher Froome. Il reprend ainsi le maillot vert à Marc Cavendish (Dimension Data).

Marc Cavendish, quant à lui déjà vainqueur de trois étapes sur ce Tour n’est pas encore rassasié. Il a une nouvelle fois remporté le sprint massif du peloton lors de la quatorzième étape. Il totalise désormais 30 victoires d’étapes sur la grande boucle et montre bien qu’il ne fallait pas l’enterrer si vite du haut de ses 31 ans. Il lui reste deux possibilités pour égaler son plus grand nombre de victoires sur un même tour de France.

Tom Dumoulin (Giant) a lui aussi connu une nouvelle fois les honneurs du protocole, dans un exercice différent cependant. Le néerlandais a remporté le premier contre la montre de cette édition. Grand spécialiste de l’effort solitaire cette étape était taillée pour lui. Il s’impose devant Christopher Froome et Nelson Oliveira (Movistar).

Froome fait le spectacle

Christopher Froome anime à lui seul ce Tour de France. En première semaine, il nous avait délivré un numéro d’équilibriste dans la descente, cette semaine, il s’est extirpé du peloton avec Peter Sagan lors d’une étape de plat. Il a réussi à prendre quelques secondes supplémentaires avant la haute montagne. Tout le monde se posait des questions sur son état de forme, a-t-il besoin de se rassurer avant la montagne ? Froome a démenti ces doutes lors de l’étape reine, après quelques attaques timides des Movistar (Valverde et Quintana), le maillot jaune a placé une accélération, seul son ancien coéquipier et lieutenant a pu le suivre : Richy Porte (BMC). Bauke Mollema (Trek) les a rejoints.

Le trio avait environs 30 secondes d’avances sur le reste des favoris et là quelque chose d’improbable se passa ! Une moto bloquée par la foule s’est arrêtée brutalement faisant chuter les trois protagonistes. Mollema a pu se relever rapidement et repartir, Richy Porte s’est relevé tant bien que mal et le maillot jaune ne pouvait repartir rapidement, car il lui manquait quelque chose d’essentiel : son vélo. Lors de la chute, son vélo s’est cassé, on a assisté alors à une image totalement improbable, Christopher Froome sur les pentes du mont Ventoux en train de courir. Il a été dépanné une première fois par la voiture neutre, mais le vélo ne convenait absolument pas, ses chaussures ne pouvaient se fixer sur les pédales, il a été dépanné une deuxième par son directeur sportif et cette fois ci a pu repartir correctement. Froome a perdu énormément de temps en raison de ce fait de course.

Les commissaires se sont réuni un long moment avant finalement de reclasser Froome et Porte dans le même temps que Mollema. Une décision difficile à prendre et lourde de sens. S’il ne s’agissait pas du maillot jaune, le coureur aurait-il bénéficié d’une telle clémence de la part du jury des commissaires ? Cette décision exceptionnelle est perçue comme du favoritisme du point de vu des coureurs, mais aussi des spectateurs. D’un point de vu sportif, cette décision n’avait pas lieu d’être, c’est un fait de course. Si l’équipe Sky n’accepte pas les aléas d’une course cycliste, il ne faut pas prendre le départ. De nombreux coureurs se sont retrouvés face à des faits de course dans le passé et aucune commission ne s’est réunie pour tabler sur leurs cas. Dernière provocation du Britannique, lors de l’étape vers Culoz, le maillot jaune a feinté une accélération puis s’est immédiatement remis derrière ses coéquipiers comme si de rien n’était.

Sarah Beaudet

À mi-course Froome surclasse le Tour de France

par contributeurs Temps de lecture : 4 min
0