Pour Mia aussi, c’est la rentrée et elle est loin d’être de tout repos ! Alors qu’on l’avait quitté sur de belles promesses en août, voilà que le mois de septembre assombrit quelque peu ses perspectives. Audrey Carlan propose avec ce tome une histoire vraiment inédite puisque la jeune femme n’aura pas de client. Elle aura bien d’autres choses en tête…

Blaine Enfoiré Pintero

En septembre, on retrouve Mia au chevet de son père plus mal en point que jamais. Remember, tout cela est de la faute de Blaine, ex de Mia et usurier louche. L’ombre de cet homme planait sur Mia d’une façon plutôt distante jusqu’à présent et c’est dans ce tome qu’Audrey Carlan nous dévoile un peu plus sa sombre face. Malgré un premier refus, Mia se retrouve à devoir dîner avec lui… En parfait gentleman, il lui propose un arrangement pour finir de payer la dette contractée par son père : « Les quatre cent mille dollars que tu me dois, ou toi, pour une nuit » (P78). Pour résumer, comme le dit bien Mia à la page suivante : « Cet homme est un psychopathe ». Pour avoir la paix, enfin au moins une semaine, elle se décide à lui accorder un baiser. Heureusement que le grand frère était là quand même ça aurait pu mal finir. Maxwell Cunningham, est d’ailleurs l’homme de toutes les situations dans ce tome de septembre. Vous comprendrez par vous-même pourquoi.

Un triste mois de septembre sans Wes

Rien n’est épargné à notre escorte préférée ce mois-ci. Alors qu’elle s’occupe de son père et qu’elle s’inquiète, son homme, Wes, ne donne aucune nouvelle. Parti en Asie pour un tournage, le jeune homme semble complètement déconnecté. Après un certain temps, Mia, se posant des questions, va apprendre son sort : « Je ne comprends pas ! Tu dis qu’il est soit mort soit entre la vie et la mort, soit retenu en otage par des terroristes ? » (P45). Ne pouvant pas faire grand chose depuis la chambre d’hôpital de son père, elle va s’en remettre à des forces supérieures (aka Dieu) : « Après tout, c’est vous qui choisissez les âmes sœurs, si ma moitié n’était plus sur cette terre, je le sentirais » (P52). C’est ainsi que Mia va se rendre compte que Wes est tout pour elle : « Si Wes ne s’en sort pas vivant, je perdrai, bien plus que l’homme que j’aime. Je perdrai aussi mon cœur et ma raison » (P106).

Septembre : notre Calendar Girl dépassée par les hommes

par Aliénor Perignon Temps de lecture : 2 min
0