Au tout début de l’histoire vidéo-ludique, les moyens étaient très limités pour immerger le joueur dans un univers virtuel. Les développeurs et artistes devaient trouver de nombreuses ruses (regardez Super Mario Bros : les textures des buissons étaient les mêmes que les nuages, elles étaient juste re-colorisées !). Au fil des ans, la frontière entre le virtuel et le réel s’est progressivement estompée : popularisation de la 3D, qualité audio en forte hausse, équipes de développement de plus en plus grandes, pour des jeux de plus en plus léchés … En 2015, la technique est quasiment à son apogée : zoom sur le photo-réalisme, ou comment l’écran vole la réalité.

A Lire aussi  Paris Games Week : Guide de l’édition 2015  Rencontre avec une (Unknights) Lady en Or 

realité virtuel oculus rift
L’Oculus Rift rend la virtualité très réelle

La grosse artillerie du virtuel 

Les constructeurs rivalisent d’idées toujours plus novatrices pour immerger le joueur dans un univers virtuel.

Les casques de réalité virtuelle, comme l’Oculus Rift ou le projet Morpheus, mettent un écran devant chaque oeil du joueur et sont bardés de capteurs, pour que la caméra se déplace au gré du joueur.

Les technologies qui permettent de retranscrire les mouvements et les actions des joueurs progressent encore. La Wii était presque un prototype (mouvements simples, uniquement au niveau des mains/bras), mais certains produits comme l’Omni, comprenant entre autres une sorte de tapis roulant à 360°, raviront les fans de jeux de tir.

Des vêtements spéciaux renforcent l’immersion en apportant un feedback sur ce que subit votre personnage.

– D’autres, comme Microsoft IllumiRoom, essaient d’étendre votre vision au-delà de votre écran.

ESWC : Tout en finesse 

Mais, surtout, ce qui continue à estomper la frontière entre le virtuel et le réel, et qui me tient particulièrement à cœur, c’est l’e-sport. De vraies personnes, qui jouent pour la gloire et la fortune (doit-on encore mentionner The International, qui, en 2014, a distribué 11 millions de dollars de dotations, dont plus de 5 millions à l’équipe championne ?).

Simple phénomène de société apparu en Corée du Sud (Starcraft est le sport national là-bas … depuis une bonne décennie !), l’e-sport a pris de l’ampleur au sein de la communauté gamer au fil des années, et il commence enfin à s’étendre dans les médias de masse. Les parallèles avec les sports classiques sont nombreux : un sentiment fort d’appartenance à une communauté, pouvoir supporter son équipe favorite, les rassemblements entre passionnés (on citera le Meltdown, qui est LE lieu en France pour les férus d’e-sport et de bière). Pour le cyber-athlète, des actions au pixel millimètre, un jeu d’équipe exceptionnel, et surtout un statut de pro.

Virtuel réalité ESWC
L’ESWC : La coupe du monde de jeux-vidéos

L’ESWC (Electronic Sports World Cup), qui est, encore cette année, à la Paris Games Week, est un très bon moyen de vous immerger dans ce milieu, où virtuel et réel se mêlent. Ou faîtes un tour sur le stand de Riot, l’éditeur du fameux League of Legends, pour suivre un bon gros tournoi des familles.

a lire aussi

 Rencontre avec une (Unknight) Lady en Or ► Paris Games Week : Guide de l’édition 2015  ESWC : L’esport prend de la hauteur

François-Xavier Cornillet

ESWC : Quand les technologies du virtuel volent le réel

par François-Xavier Cornillet Temps de lecture : 3 min
0